CountryCraponne

 

Je vous propose l'émission présentant l'édition 2022 puis un article complet sur le festival et les artsites 2022 mais aussi la réédition d'un article de 1999 "souvenirs.. souvenirs". La Totale !

Podcast

pour écouter l'émission cliquer ICI

(diffusée le 26/6/2022 sur RCF Méditerranée)

 

Le festival et l'édition 2022...

Nous sommes très heureux de pouvoir vous présenter le programme du festival Country de Craponne sur Arzon qui se tiendra dans cette ville les 30-31/7 prochains. Nous avions eu peur il y a trois ans avec l’arrêt brutal mais prévisible du Green Escape Festival (avant et pendant de nombreuses années le Country Rendez-vous Festival) que cela soit une fin définitive...

Rapidement, y eut une nouvelle association avec des nouveaux et des anciens membres, mais ceux-ci devaient repartir de zéro… les caisses étant vides avec le dernier exercice du Green Escape … et sans parler des deux années de COVID que nous avons eues, depuis et qui n’ont rien facilitées.

Ce festival, pour beaucoup d’amateurs de Country musique, représente un vrai bol d’air, une vraie référence (vu le nombre de stars et de groupes US passés ainsi que de formations internationales) ; il était aussi un rendez-vous incontournable des amis… d’année en année à chaque coin du parc des étoiles nous avions le plaisir de retrouver un tel ou une telle.

Depuis 1988, année où il voit le jour sur la commune de Dore l’église pour quelques années - puis avec un petit saut de puce nous voilà en 1993 à Craponne sur Arzon pour plus de place et l’espoir de le voir, avec chance, grandir. Plusieurs directions vont se succéder pour le faire vivre et nous n’émettrons aucune critique, car loin de l’action, il est toujours aisé de faire des commentaires, des plans sur la comète. La vie, elle vous apprend à être humble et si erreur a été commise elle ne le fut pas pour entrainer la fin et ternir l’étoile de ce beau festival.

Je le découvre en 1994 (voir article de 1999) et avec lui plusieurs membres de son staff : Georges, Bill, Julie, Norbert, Agnes… deviennent tous des amis et qui pour certains viennent de reprendre du service dans la nouvelle association…

Puis les années passent un Georges succède à un autre Georges pour faire simple, d’autres arrivent Jean, Jean-Luc, etc… (« mes » meilleures années pour moi de 1994 à 2001… je vous redonne ci-après la reproduction d’un article de Country Gift Gazette parut (houlala … ) dans la toute fin des années 90’ mais qui redonne bien à mon sens l’ambiance…)

La qualité, l’esprit reste intact d’une édition à une autre… si à partir des années 2010 la fréquentation baisse non par la qualité des groupes, mais simplement par un souci de turnover du public de 1988 à 2010 et jusqu’en 2019. En 31 années d’existence, les amateurs sont toujours là, mais les cheveux blanchissent. Je me rappelle avoir fait partie des jeunes animateurs de radio en 1994, mais pendant les dernières années avec 30 ans de plus au compteur, j’en faisais toujours plus ou moins parti !!!

Pas de tête blonde ou peu autant parmi les animateurs radios, les photographes et idem dans le public…

Cela conduit la dernière équipe à prendre des décisions : changer le nom de Country rendez-vous en Green Escape ; ouvrir l’accès de la scène à des groupes pas spécialement country et là…  pas de chance la mayonnaise ne prend pas.

Outre que cela n’a pas réjoui les anciens cela n’a pas fait venir un nouveau public et la dernière édition fut une catastrophe financière. Mourir ou pas... Aller être la question !!!

Il faut impérativement comprendre tout ceci et donner sa chance à la nouvelle équipe qui repart de zéro et ne peut pas, sans être aventureuse, sur cette première édition de renaissance offrir un plateau à 100% identique au country Rendez-vous (3 jours entre 12 et 15 groupes) ...

Radipgrass 3

Cette année, je considère qu’il s’agit d’un test, d’une répétition générale, de sagesse remarquable. La reprise sera composée de 2 jours et de 6 groupes dont 2 US, 1 Suédois et 3 Français.

Si vous écoutez l’émission de radio en même temps que de lire cet article, country Gift vous a offert entre deux et trois morceaux de chaque groupe de l’édition 2022 : Trio Suède, The Rhyolite Sound Us, Texas Sidestep (France) , Les Subway Cowboys (FR) Rapidgrass US ou encore les Mariotti Brothers

Rhyolite Nipton 078

Qui sont les groupes de cette nouvelle édition – An I de la renaissance

Tout d’abord parlons des formations françaises :

The Subway Cowboys 7

The Subway Cowboys c’est Will : vocaux, guitare, Fab : guitares  et Matt: basse. Ils forment l'ossature du groupe The Subway Cowboys depuis 2012. Un groupe aux accents très honky tonk et à l'esprit de l'ensemble de la famille Williams Hank, Hank Jr et même Hank III sans oublier de plonger aux racines du genre avec des influences en Ernest Tubb ou Merle Haggard.

Groupe qui pour les informations que j'ai pu trouver réalise un premier disque « Honky Tonk Time » en 2015 qui sera suivi en 2017 de « Possum's Good For You ».

TexasSidestep

Texas Sidestep est sur la route des concerts et des festivals depuis plus de 20 ans avec de grands débuts en 1995 et se compose aujourd’hui de 6 musiciens :  Aurélien au chant et guitare acoustique ; André à la pédal steel et piano + chant ; Christelle violon, mandoline et chant ; Bill à la guitare électrique ; Alex à la Basse et Romain à la batterie. Leur répertoire est à 90% orienté New Country et avec un petit plus pour les danseurs aussi. Trois disques à leur actif dont le dernier, en date, sorti en 2019 « A New Chapter Begins »

mar 047

Le groupe des Mariotti Brothers est centré sur deux frères aux parcours musical fort puisqu'ils sont tous deux dotés d'un premier prix de musique et ont une carrière professionnelle dans des orchestres classiques souvent en tant que solistes. Mais leur passion de la musique dite populaire avec de puissantes racines familiales les amènent en 2001 à former un groupe de Country Music au répertoire d'abord basé sur des reprises, mais très vite ponctué de créations qui donnent plus de valeur, de chaleur à leurs prestations scéniques.

Philippe et Laurent - accompagnés le plus souvent de leur père Jean-Pierre très, très bon guitariste et un band de qualité - produisent pour les avoir déjà vu sur scène des concerts solides et rythmés dans un univers très masculin allant de Waylon Jennings, Merle Haggard, Elvis en passant par Allan Jackson, George Strait et de plus jeunes comme Tim McGraw et bien d'autres sans pour cela ne jamais oublier d'y mettre leurs empruntes et de nous proposer de superbes créations, compositions directement issues de leurs talents et génies musicaux.

Passons maintenant aux groupes Suédois puis aux deux bands US.

The Flatland Trio

Flatland Trio nous vient de Suède et ce trio,aux orientation à 100% rockabilly, se compose de Jack Baymoore, Tennessee Mike à la contrebasse et de Mr Headlander lead guitare.

Jack Baymoore commence dans le courant néo-rockabilly à la fin des années 80 très précisément en 1989. Avant de former “The Flatland Trio”, son groupe s’appelait :  Jack Baymoore and the bandits dès 1996. Sous cette formule, ils ont joué à Las Vegas et Hollywood et un peu partout en Europe de Barcelone, Paris... jusqu’à Moscou. Et ceux sont produits plusieurs fois au « Viva Las Vegas » l'un des festivals de Rockabilly les plus reconnus de par le monde.

En 2003, Jack réalise un projet en parallèle de sa formation avec les Bandits et cela sous le nom de The Tennesse Drifters qui organise son répertoire autour du son, du style et des chansons de Johnny Cash mais aussi d'Hank Williams. D'où le nom du groupe formé à partir de Tennessee Two le band de  Johnny Cash dans de 1956 à  1961 (pour 4 albums) et Hanks Drifting Cowboys celui de Hank Williams de 1952 à 1955 (pour 5 albums).

Flatland Trio puise sa riche musique dans le rock'n'roll des années 50, ils vont nous produire un concert complet lors du festival de Craponne puisque l'organisation à privilégier cette année pour le retour du festival sur le site historique des concerts entre 1h à 1h30 voir plus...

Nous allons pouvoir nous replonger en live dans l'univers de rock'n'roll, rockabilly et Country versus American Grafittis.

Jack Baymoore and the bandits

Jack Baymoore and the Bandits :

Jack Baymoore (Kent Vikmo) – Lead vocals and rhythm guitar

Antti Pihkanen - Electric guitar

Jan Larsson – Double bass

Tage Pihkanen – Drums

Tennessee Drifters :

Mr Black (Jack Baymoore) - lead vocals and rhythm guitar

Big Andy - electric guitar and backing vocals

Tennessee Mike - double bass

Rhyolite Nipton 077

The Rhyolite Sound arrive sur la scène en 2013 et tout ceci à partir de Las Vegas. Ils réalisent en autoproduction l’album « Mojave Gold » en collaboration avec le label Whiskey Preachin Records.  Ce disque est leur deuxième production.

On ne lancera pas de pierre à ce groupe, car la Rhyolite en est justement une de leur région non loin de Bakersfield…

Comme le dit Larry Reha (le guitariste et chanteur) :"Nous avons vraiment basé toute notre identité sur le fait que notre port d'attache est le désert de Mojave" et de poursuivre "Rhyolite, la ville fantôme, était à une époque la plus grande mine d'or du Nevada. Nous avons vraiment mis beaucoup de cœur dans cet album et nous espérons que, d'une certaine manière, nous décrocherons aussi de l'or. Notre son est unique et mélange tellement de styles et des sons différents, nous pensons que ce disque sera un trésor inattendu, non seulement pour les fans locaux, mais aussi pour les fans de musique country et de honky-tonk plus largement. »

Leur précédent et premier disque de 2017 se nomme « Desert Honky Tonk ».

Rhyolite Sound a été nominé deux années consécutivement 2018-2019 comme dans les catégories : Metropolitan Honky Tonk Artist of the Year en 2018 et Ameripolitan Outlaw Country Artist of the Year Nominee en 2019.

Un groupe à 100% rugueux et outlaw & Honky Tonk Music à souhait.  Les 5 membres vont pendant 2h faire exploser l’atmosphère auvergnate. Et je peux vous dire que Larry Reha, Erik Alesi, A.J. Palluck, James Caselton, et Jason Aragon vont nous en donner pour notre argent et nous emplir les yeux d’étoiles, nos neurones de souvenirs.

Radipgrass 2

Rapidgrass, On ne présente plus ce fabuleux groupe de Bluegrass du Colorado qui produit une musique à la fois classique et inventive n’hésitant pas à y inclure des éléments de Country music, mais aussi de swing, jazz gypsy et de musique classique.

Fondé à Golden, Colorado en 2012, Mark Morris en est le leader, le chef d’orchestre. Les autres membres que sont : Coleman Smith, Alex Johnstone, Carl Meinecke ou encore Billy Cardine ont tous une part très importante dans l’extraordinaire qualité de ce groupe.

Un groupe autour des instruments typiques de la Bluegrass Music : Guitare, mandoline, violon, dobro et contrebasse.

Ils produisent plusieurs albums, plusieurs disques : Rapidgrass Quintet (2013), Crooked Road (2015), Happy Trails (2017) et Take Him River (2020)… ils auraient annoncé la sortie prochaine d’une nouvelle production.

J’ai hâte de les voir... et en plus deux fois, car ils seront aussi à la programmation de festival « Bluegrass in La Roche » le week-end suivant.

En direct de 1999… (article pour Country Gift Gazette N°22)

 

 

Souvenirs, Souvenirs, Souvenirs….

A ce mot répété inlassablement, je préfère une projection dans le futur. Dire que ce panégyrique du "Country Rendez-vous Festival" a un objet, une vocation celui de vous donner l’envie d'y aller ou d'y retourner. C'est l'un sinon le seul festival de Country Music en France qui fasse venir des artistes soit complètement inconnus de nous, soit de belles références du genre ou encore régulièrement des stars qui chamboulent notre cœur de mélomane (mélomane = amateur de musique…et pas forcément de musique classique).

J'ai raté pas moins de 6 éditions de ce festival par le fait que je ne le connaissais pas puis pour la sixième édition par empêchement personnel. J'y suis donc monté en tant que simple fan pour la première fois en 1994 date à laquelle je commençais depuis peu sur Radio Arc-En-Ciel devenue depuis RCF Arc-En-Ciel (puis RCF Méditerranée – note de rédaction 2022) mon émission "Country Gift". Ne connaissant personne, j'avais pris avec moi un appareil de reportage de la radio me disant que je verrais sur place les opportunités qui s'offriraient à moi. N'étant pas sûr de moi, loin de là, j'avais acheté mon "Pass" pour le week-end. J'avais aussi eu l'information que Gérard HERZAFT ferait le jeudi dans le village de Craponne une conférence spectacle donc avec un ami Gérard VINAI nous étions arrivés un jour avant le début pour ne pas rater cette occasion de rencontrer celui qui pour moi symbolisait "la référence en Country" en France. Nous avons un peu tourné, viré, cherché puis finalement trouvé où allé avoir lieu ladite conférence. Sur un simplement parking et devant une cinquantaine de personnes tout au plus mais de passionnés. Il a réalisé, au travers d'explications et de chansons interprétées avec son fils David, un condensé de son livre "La Country Music" édition "Que Sais-je". Nous avons eu la chance de pouvoir converser et enfin, à la terrasse d'un café, de réaliser ma toute première interview digne de ce nom (Pour la petite anecdote, j'avais réalisé celle des "Country Boys" groupe varois peu de temps avant, mais qui s'était soldée par une "Pantalonade" comme l'on dit dans le midi.)

Cela reste encore aujourd'hui l'un de mes grands souvenirs. Gérard Herzaft représentait une vraie référence pour moi à l'époque. Bien sûr on évolue, on change ou pas d'avis, mais les souvenirs prennent de doux accents à chaque fois qu'on les évoque.

 

AnitaCochran 1Pam Gadd 1

Anita Cochran et Pam Gadd

 

Nous avions du temps aussi nous avons essayé de rencontrer les organisateurs. Le premier Georges PUMAIN très occupé par l'organisation m'aiguilla vers Julie TURC qui, à l'époque et depuis plusieurs années, occupait le poste d'attachée de presse. L'accueil fut chaleureux et immédiatement, elle nous proposa des "Pass backstage". Nous découvrions alors un monde qui, jusque-là, nous était complètement inconnu. Ce monde était un mixe entre des techniciens, des artistes, des fans, mais aussi une radio réalisée par des passionnés (j'ai juste un doute dans mes souvenirs si elle existait déjà en 1994 … l'année suivante j'en suis sûr pour y avoir participé !!)

Julie a donc été tout naturellement la deuxième personne, dont j'ai réalisé l'interview et qui avec une gentillesse infinie a répondu à mes questions improvisées et donc pas toujours très claires … le journalisme est un métier, il existe des écoles pour l'apprendre et je faisais un apprentissage sur le tas avec toutes les bourdes que cela peut impliquer, mais l'important c'est de vivre ses passions.

 

 

Lonesome River band 5

 Lonesome River Band

J'écris, j'écris mais nous sommes loin d'avoir fait le tour de notre sujet. Elle nous apprit comment une joyeuse bande de copains on reprit un plateau musical la première année y laissant quelques plumes au passage. Comment le virus avait envahi leurs cœurs et leurs vies. Après plusieurs années l'association de Dor l'Eglise s'était déplacée sur la ville de Craponne sur Arzon pour plus de place et de moyens aussi. Comment "Western Wanted" l'association avait grandi comptant plusieurs centaines de membres, qui chaque année, œuvraient pour le bon déroulement de trois jours de musique made in USA, mais pas exclusivement.

Cette année 1994 restera dans ma mémoire une grande année du "Country rendez-vous Festival", car malgré le temps pluvieux, voire très pluvieux il m'a permis de voir, de côtoyer des gens que j'aimais vraiment Keiran KANE, Martin DELRAY…d'en découvrir d'autres Paul McBONVIN, J KIRBY'S BAND, Kevin WELCH ou encore BLUE BAYOU et Eric CLOAGUEN sans oublier de signaler que lors du tremplin une jeune lyonnaise faisait de prometteurs débuts Vicky LAYNE avec une formation "Southern Confort". Mais le grand moment de ce 7ème CRDV fut les SWEETHEARTS OF RODEO qui depuis plusieurs années déjà faisaient partie de mon univers de fan de Country. Leur album "Sweethearts of Rodéo" de 1986 fut, avec l’un des disques de Kathy MATTEA, l'un des premiers CD que j’avais acquis. Avant je ne trouvais en Country que des Vinyls et pas toujours très récents (dirons-nous !!!!). C'est trois jours passèrent comme par un mirage. Même Gérard mon coéquipier pendant trois années qui découvrait la Country en fut émerveillé.

              L'année suivant outre des conférences de presse encore mieux organisées par Julie TURC avec l'aide d'Agnès PETIT (pour les traductions) nous avons pris part au Country Rendez-vous Radio et nous avons vécu à 200km/heure tout au long de ces trois journées tombant sous le charme du duo Brendy - Jenny et admirant la qualité d'instrumentistes de la jeune troupe de ROSEWOOD (groupe de Bluegrass français). Nous rencontrions aussi pour la première fois l'ami Pierrot de l'AEGC Bluegrass et beau-père d’Éric CLOAGEN avec qui nous allions devenir complice au fil des CRDVs et qui malheureusement nous a quitté cette année. C'est à la fois lui rendre un petit hommage et souligner que le CRDV débouche souvent sur de belles amitiés. Parmi les artistes qui nous ont marqué lors de cette édition de 1995 : Tim & Mollie O'BRIEN, Shawn CAMP, les TUMBLEWEED ou encore Bruce DAIGREPONT. Nous avions manqué le show de Phil EDWARDS avec qui nous faisons dans ce numéro plus ample connaissance. C'est la rencontre avec Bruce DAIGREPONT qui sera pour moi un moment très fort et inoubliable de ce 8ème CRDV festival, car outre la conférence de presse qui dura pratiquement une heure j'ai pu librement discuter avec lui pendant encore une demi-heure découvrant au passage un être vraiment passionnant et attachant.

              Les années passent comme par magie, trop vite et il est déjà l'heure d'un nouveau CRDV Festival. Nous retrouvons en descendant le grand terrain clos sorte d'arène musicale des gens que l'on retrouve avec plaisir. Les copains Dj's d'autres radios trop nombreux pour tous les citer…des amis aussi comme Chris et Lucia BERTELLE, Paul et Ines BONVIN et plein d'autres. Le premier gros changement s'opère avec l'arrivée de Georges CARRIER qui va s'occuper avec Agnès PETIT des conférences de presse. Leur durée est réduite à 15-20 minutes ce qui malheureusement ne permet plus de vraiment découvrir l'artiste certes certains vont plus loin comme Becky HOBBS qui est une passionnée et qui adore rencontrer ses fans, mais aussi ceux qui colporte sa musique grâce à la radio, la presse. Nous sommes très loin de cette conférence de presse de Paul McBonvin en 1994 où sous un marabout de toile et avec les quelques bouteilles de sa production l'atmosphère avait été à la fois électrique, joviale, amicale et très enrichissante. Ou encore cette interview que j'avais réalisée avec Frédérique PARIS de radio Pluriel de la formation "Flat John's" une bonne heure de délire. Inoubliable !  C'est dans cette période qu'a vu le jour "Country Gift Gazette" avec une parution plus régulière qu'aujourd'hui. La vie réserve toujours des surprises pour ne pas dire autre chose. L'un des souvenirs marquant de ce 9ème CRDV fut la conférence de presse de Peter ROWAN et Jerry DOUGLAS. Lorsque l'on nous demanda d'ouvrir le feu de nos questions un grand silence a plané pendant plusieurs secondes. J'ai été le premier à oser poser une question qui était pour moi vraiment banale "Que vous apporte ; vous stars, compositeurs, producteurs aux Etats-Unis ; de venir jouer dans un festival en France?" la réponse dura plus de dix minutes. Passionnés ils se passaient le micro n'arrêtant plus de parler. Georges CARRIER qui réalisait la traduction avait même du mal à suivre tellement ils argumentaient, renchérissant l'un sur l'autre. Cette conférence de presse de 20 minutes ne compta en fait que trois questions !!! Ce qui a un goût d'inachevé.

Nous découvrîmes les Nashville IV groupe de studio spécialisé dans les backgrounds et le recording, mais qui se révéla être un fabuleux groupe de scène. De même George HAMILTON V, les BOOTLEGGERS ou encore Brady SEALS. Celle que l'on attendait avec plein de rêve dans la tête ALISON KRAUSS fut la pire de toutes. Je n'ai jamais vu aucun artiste avoir aussi peu de respect pour son public, les gens de presse, de radio, mais aussi devant les organisateurs qui l'ont payé. Je ne ferais pas le compte rendu de son comportement, je soulignerai simplement le fait que ses CMA awards lui étaient certainement montés à la tête ainsi qu'à ses managers surtout. C'est donc sur une fausse note dont le CDRV festival était le premier désolé que se s'acheva cette 9ème édition malgré les efforts conjugués de John BRASSET dernier artiste à se produire et côté Backstage d'un "vin de citron" qu'avait distillé et amené mon compère Gérard VINAI.

              Que dire de la 10ème édition sinon qu'elle fut extraordinaire avec Steve EARLE, Sharon CORT, le retour des TUMBLEWEED….la présence de ONE WAY, de Lionel WENDING dont j'avais fait la connaissance une semaine plus tôt à CRANS MONTANA au petit mais dynamique festival d'un ami Christian HAGER. Sans oublier les délicieuses Victoria SHAW et Tish HINOJOSA. Mais le souvenir de cette année-là fut sans conteste Steve WARNIER qui, jubilatoire, nous entraîna dans des pitreries dont il a le secret j'ai une photo que je garderai secrète en sa compagnie où nous avons des têtes de fous et puis sur scène c'est un grand parmi les grands. La 11ème édition fut placée sous l'accent féminin et restera un excellent souvenir avec Pam GAD, Anita COCHRAN, Gail DAVIES, kathy MATTEA et la française Vicky LAYNE. Il y eu aussi la folie de Marcus et Alan qui firent un show très Rock'n'Roll avec des pointes de Country. L'un des moments de grâce fut la répétition hors scène de BLUE LIMOUSINE un groupe de Bluegrass français qui en cercle produisit deux ou trois titres avec une douceur extrême et surtout beaucoup de talent.

Steve Wariner 1

Steve Wariner

 

              La 12ème édition je n'avais pas pu y aller étant au même moment chez l'ami Christian HAGER pour son "Big Sky Music festival" un autre grand souvenir. Mais j'avais soutenu le CRDV radio en envoyant deux émissions dont l'interview d'ANNABEL. Pour les artistes présents notons Chad BROCK, JD CROWE, Brady SEALS pour la deuxième fois ainsi que Teresa FARRIS dont on m'a dit le plus grand bien et Hal KETCHUM que l'on ne présente plus.

              Enfin la 13ème édition se déroula comme toutes les années le dernier week-end de juillet et en cette année 2000 certains groupes, formations ont mis le feu. Celui qui surpassa le tout fut le "Lonesome River Band" cinq musiciens de Bluegrass au sommet de l'un art et de leur passion. Kathy CHIAVOLA que l'on nous annonçait depuis plusieurs années se révéla à nos yeux comme une très grande artiste avec un cœur énorme et une gentillesse à vous faire fondre. Shady Groove, encore une formation Bluegrass, fut parfaite et l'on vit toute la journée ses membres jouer ici ou là avec de simples passionnés de Bluegrass ou de Musique française. Dale WATSON fut superbe au vu des réactions du public. Celles qui sont dans l'univers de la New Hot de nouvelles venues nous ont réservé l'une des surprises de ce festival. REDMON & VALE ont réalisé un show acoustique et ont terminé pour un medley Gospel : émouvant et très fort.

              Pour les autres que ce soit Wash Cocodrile ou encore Revival ce 13ème CRDV fut à l'égal des autres un grand moment de musique. Un point est à signaler tout de même si le CRDV reste une belle entité il ne faudrait pas oublier l'âme des débuts ou même du milieu puisque je ne connais le CRDV festival que depuis 1994. Que j'ai raté la grande année où était venu le géant Bill MONROE. En effet le programme backstage ne laisse plus de place pour découvrir comme par le passé les artistes pour moi l'exemple c'est Bruce DAIGREPONT mais je me rappelle que pour Caroline H. ce fut Kevin WELCH et Keran KANE … et ainsi de suite. Aujourd'hui, j'ai l'impression que le CRDV veut devenir une belle et grande machine professionnelle …  mais à ce jeu, ce qui n'est pas encore le cas, on risque d'y perdre beaucoup. Les conférences de presse sont trop courtes. Généralement aussi l'artiste répond deux fois aux même questions l'une pour la presse et l'autre pour le CRDV radio. Ne serait-il pas judicieux d'agrandir les studios de CRDV et de réaliser une seule, mais aussi plus longue interview des artistes. D'enregistrer celles-ci sur mini-disques ou autres supports et de pouvoir ensuite réaliser des copies propres pour ceux y ayant participé activement (of course). Cela permettra un meilleur suivi de l'attribution des backstages, mais aussi une meilleure promotion de la part des gens de radio de retour dans leurs pénates. Les enregistrements des conférences de presse trop prêt de la scène sont que très rarement exploitables et quand leur utilisation est possible elles ne le sont jamais entièrement. Heureusement pour moi que j'ai la gazette toutefois reste un sentiment d'inachevé et cela m'amène souvent aussi à ne pas y travailler dessus car c'est aussi souvent très pénible et pour peu de résultat de surcroît. Pourtant j'aimerais vraiment faire profiter mes auditeurs et mes lecteurs d'interviews complètes et vraiment intéressantes comme celle de l’amie Chrissie HARPER de Paul McBOUVIN ou les miennes de Phil Edwards ou de T. Jae CHRISTIAN dans ce numéro ou encore celle de Bruce DAIGREPONT que j'avais fait reparaître il y a peu. C'est seulement avec du temps que l'on peut avoir un bon résultat. Une interview seul ou accompagné de 15-20 minutes ne permet au mieux que de "gratouiller" le vernis. Cela a un autre effet à mon sens celui de ne pas pouvoir transmettre l'esprit, la passion et le travail des artistes ainsi que celui des organisateurs et par contre coup de notre passion et de notre travail à tous. Car petite anecdote - précision pour l'interview de Phil EDWARDS dernière en date il faut environ six heures de réalisation pour la radio et un peu moins pour la version presse soit environ un peu plus de 10 heures de travail. C'est beaucoup et peu lorsque l'on veut cerner une personnalité et lui donner la place qu'elle mérite.

Dommage donc de ne pouvoir rendre hommage aux artistes comme ils le méritent souvent !

  Pour ceux qui se plaignent, en backstage, que la bière est trop chère, je ne suis pas d'accord avec eux car le festival n'est pas un fournisseur de boissons et cela évite des abus. Bien heureux qu'il nous offre l'eau et les jus de fruits gratuitement ou à prix très bas. Un reproche le manque de boissons chaudes même payantes. Je n'apporterais qu'une simple idée aux organisateurs puisqu'il y a une cuisine pour l'organisation et les artistes. L'idée est la suivante puisque ceux de la presse, des radios et autres en backstage faisons notre demande d'accréditation à l'avance pourquoi ne pas proposer des tickets repas que nous achèterions bien sûr à l’avance. Cela nous permettrait aussi de trouver une bonne nourriture, mais aussi de pouvoir établir une convivialité encore plus forte entre l'organisation, les artistes, les gens de presse et de radios … etc. C'est peut-être ainsi que le festival pourra grandir.

Pour le public peut-être plus d'animations, mais de quelles sortes (?!) seraient souhaitables pour éviter l'ennui. Ou deux scènes une grande et une plus petite ou encore un endroit pour de petits show case ou des sessions plus intimistes.

              C'est avant tout un regard d'un membre actif d'une passion "La Country Music" plus que celle d'un simple spectateur. Il est aussi bon pour les spectateurs, les lecteurs ou simplement les auditeurs d'une émission de comprendre l'envers du décor et ce même s'il est vu par le petit bout de ma lorgnette et que je ne peux pas m'empêcher de commenter, d'analyser sans critiquer, car la critique est facile mais l’action beaucoup moins. Mais est-ce là le rôle de la presse ou d'un journaliste, même amateur comme moi !

 

 

Le Country Rendez-vous Radio.

 

 CRDV

Votre serviteur avec entre autre Annabel

 

 

Cela fait bien longtemps que je voulais en parler, écrire à son sujet quelques mots. Nous ne ferons pas un très long article à son sujet mais tout de même. L'action est remarquable et mérite que l'on si arrête quelques instants. Son l'impulsion de Fred MOREAU et de Jean Luc CHANSON s'est mis en place l'un des événements incontournables de l'été. Une soixantaine de passionnés de Country Music actuelle ou traditionnelle ainsi que de Bluegrass, de Cajun se retrouvent une fois l'an pour émettre durant une semaine de la musique « Country » 24h/24h. Emissions en directes, en différées …interviews ou délires organisés autour d’une table ronde finale, autour de quelques bouteilles de Champagne, de bière ou simplement de boissons sucrées et gazeuses. C'est avant tout un esprit, une dynamique que créent autour d'eux ces deux passionnés de radio et de musique. Le CRDV radio est comme son grand frère le Festival un lieu : où l'on parle le même langage, où l'on retrouve d'année en année des amis anciens ou nouveaux. Où l'on peut apporter sa propre touche donnant à ce patchwork de sensibilités diverses toutes les couleurs, toutes sonorités de cette musique qui nous passionne.

              J'espère une chose que le CRDV Radio poursuive sa route sur les ondes une fois par an et que cela donne envie à des jeunes de nous rejoindre aux quatre coins de la France ou au-delà des frontières. De créer leur émission de Country (au sens large du terme) et de nous, de me faire passer dans le camp des « vieux croulant » car aujourd'hui malheureusement ce n’est pas le cas. Il y en a bien un de ci et de là, mais rien de vraiment nouveau. Alors j'espère, je souhaite que le CRDV grandisse et provoque des vocations.